mardi 30 avril 2013

J'ai voulu voir Thio

Voilà un bon moment déjà (en septembre dernier) j'ai pu découvrir Thio au cours d'une unique journée ; j'avais espéré pouvoir y dormir de manière à bien profiter de cette région, mais le gîte qui m'intéressait était déjà complet donc... une journée seulement. Thio n'est pas si loin de Nouméa, mais il s'agit d'une petite expédition : on ne s'y rend pas sur un coup de tête car il faut emprunter une route transversale (50 km à vol d'oiseau qui correspond à la largeur de la Nouvelle Calédonie) et plus du double en terme de killomètres puisqu'il faut traverser des cols d'où l'on a une vue qui peut porter loin (prévoir deux bonnes heures de route depuis Nouméa).

Quelques curiosités à découvrir, notamment des pétroglyphes toujours impressionnants puisque non datés, ce qui permet de faire jouer son imagination : qui les a sculpté et dans quel besoin ou but ? Mystère...
Les pétroglyphes de Thio (village SLN)

Le village est séparé en deux : depis la côté Ouest, on arrive du côté de Thio-Mission où se trouve l'église (de la mission mariste) qui date de 1868
Thio, l'église qui date de 1868
et également les installations de la mine de Nickel, encore en exploitation 
Thio-la SLN (Société Le Nickel)
et que l'on doit d'ailleurs traverser pour descendre un peu le long de la côte pour trouver la plage de Moara, pas mal du tout et...déserte !
Thio-la plage de Moara
Après s'y être reposé des fatigues de la route, nous pouvons aller explorer l'autre côté : Thio Village ; il faut alors passer le pont
Le pont de Thio
pour y arriver et s'y restaurer : on y trouve "La Fiesta", le seul et unique point de restauration du village :
Thio, restaurant philippin "La Fiesta"
qui ne paye pas de mine - si j'ose l'expression - mais où l'on est bien reçu : j'avais réservé à l'avance notre déjeuner et nous avons passé un bon moment dans l'ombre du jardin. Ce petit restaurant s'est développé à partir d'une annexe de l'ancien hôtel Sigura qui est juste à côté et très reconnaissable avec ses couleurs vert et rouge
Thio, l'ancien hôtel Sigura
D'autres constructions de l'époque coloniale subsistent plus ou moins bien restaurées. Signalons au passage l'actuelle médiathèque installée dans la maison "Page" du nom du dernier propriétaire (Louis Page, un commerçant) ; construit en 1878, ce bâtiment (le plus ancien de Thio) était alors un restaurant et un magasin ; une réhabilitation récente (rachat par la mairie en 2005) lui a permis d'être restauré en préservant quelques éléments d'origine : carrelages, murs, menuiseries...
Thio, la maison "Page" date de 1878 aujourd'hui 
Au final, Thio se visite très bien en une journée. Mais il existe un musée de la mine, je ne l'ai pas encore visité et ignore si j'irai un jour.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre contribution à mon journal

pour les articles édités depuis plus d'un mois, je prendrai connaissance des commentaires avant de les valider pour éviter les "spams"